Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AyaDoK

AyaDoK

✿♥´`*·.ღ Au Top des Tendances ✿♥´`*·.ღ T'chat - TV - Radio - Lecture - Cashback - Infos - Visio - Sorties - Bd - Musiques

Métamorphose d’une cité

Le site des Terres neuves est la tête de pont pour l’entreprise d’habitat social Vilogia.
Le site des Terres neuves est la tête de pont pour l’entreprise d’habitat social Vilogia.Le site des Terres neuves est la tête de pont pour l’entreprise d’habitat social Vilogia.Le site des Terres neuves est la tête de pont pour l’entreprise d’habitat social Vilogia.

Le site des Terres neuves est la tête de pont pour l’entreprise d’habitat social Vilogia.

L’IMMEUBLE G SERA DÉTRUIT, LE A RÉHABILITÉ

Une des difficultés des opérations de démolition-reconstruction est, bien sûr, le relogement des locataires. Laurence Baggio, la responsable de Vilogia en Aquitaine, assure que chacun a été consulté pour le choix de son relogement. Le principe étant « un pour un», soit un logement détruit, un logement reconstruit. Les occupants pouvaient opter pour rester dans le quartier ou déménager très loin. Philippe Remignon cite le cas de deux familles qui ont opté pour la région parisienne. Le bâtiment G, en mauvais état, sera détruit ; en revanche le A sera réhabilité, comme l’a déjà été le B.

À proximité, l’offre de logements se fera à la Maye de Bernet (27 logements), à la plaine des sports Daguzan (30 logements), à la ZAC mairie (30 logements). L’ensemble G sera démoli au second semestre 2015. Les choix de réemploi de son site ne sont par arrêtés (on parle d’une crèche) : Philippe Remignon assure qu’il sera en totalité valorisé.

Pour ce qui est des ex-hangars de l’armée, devenus lieux d’activités créatives, novatrices ou de services publics, Vilogia devra les céder dans les trois ans, conformément à ses statuts. Quant aux 31 salariés de la Saemcib, ils ont tous été repris par Vilogia, avec des perspectives de carrière au niveau national qu’ils n’avaient pas auparavant.

Le 1er janvier dernier, la Saemcib a été absorbée par Vilogia. Ainsi exprimée, l'information retient modérément l'attention des non-initiés.

Décryptée, elle prend tout son sens, et toute son importance : la Saemcib était une société d'économie mixte d'habitation sociale créée et gérée par la ville de Bègles. Née en 1960, elle apparaissait comme un grand symbole du communisme municipal béglais triomphant, qui perdura jusqu'à 1989 avec l'arrivée d'un maire écologiste.

C'est justement ce dernier, Noël Mamère, qui lors du Conseil municipal du 19 décembre 2013, céda les 83,27 % du capital de la Saemcib (dont il était le PDG de droit par sa fonction de maire) détenus par la commune, à Vilogia. Vilogia étant la troisième entreprise sociale pour l'habitat de France (ex HLM), filiale d'un réseau d'entrepreneurs et d'investisseurs de la région de Lille.

Une zone attractive

L'acheteur déboursa 16,5 millions d'euros, y ajouta 5 millions pour acquérir les terrains constructibles de la résidence de la Maye-de-Bernet et accepta de rembourser 5 millions d'euros d'avance de trésorerie consentis par la commune à sa société d'économie mixte.

Le débat de principe de vendre une société municipale à vocation sociale à une entreprise émanation d'un réseau d'entrepreneurs, fit rage à Bègles. Mais la réalité était là : l'argent manquait à la Saemcib pour poursuivre une énorme opération en cours, la restructuration de la cité Yves-Farges, et l'aménagement de la friche achetée à l'armée avec ses hangars désaffectés.Voilà pour le (très rapide) historique.

L'actualité, c'est la venue hier à Bègles du directeur général de Vilogia, Philippe Rémignon, qui gère désormais un patrimoine 1 300 logements sur le site de Bègles. C'est justement aux Terres neuves, dans un des bâtiments réhabilités, que Vilogia a installé ses locaux. De fait, Bègles apparaît bien comme une tête de pont pour une implantation sur la métropole bordelaise (des programmes sont en cours à Pessac, Mérignac, aux bassins à flot et sur le quai de Brazza).

Bègles, Pessac, Bordeaux…

Jusqu'alors, Vilogia était implantée dans le Nord, l'Est, à Lyon, Marseille, en Île-de-France et à Nantes, soit dans la plupart des grandes métropoles françaises, là où les besoins sont importants et où le logement social présente un coût inférieur à celui du logement privé (ce n'est pas toujours le cas dans les villes de plus petite taille). Vilogia possède un patrimoine de 59 000 logements locatif, présente un rythme de construction de 2500 logements et d'un millier de réhabilitations par an.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article