Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AyaDoK

AyaDoK

✿♥´`*·.ღ Au Top des Tendances ✿♥´`*·.ღ T'chat - TV - Radio - Lecture - Cashback - Infos - Visio - Sorties - Bd - Musiques

"Lancers de chat": l'homme condamné à un an ferme

"Lancers de chat" Une sanction exemplaire un an ferme

"Lancers de chat" Une sanction exemplaire un an ferme

L'homme interpellé vendredi à Marseille, après la diffusion de vidéos sur Internet le montrant jetant un chat en l'air à plusieurs reprises, a été condamné lundi par le tribunal correctionnel à un an de prison ferme et maintenu en détention.

 

L'effervescence était palpable dans la salle d'audience pleine à craquer. L'homme jugé en comparution immédiate lundi à Marseille pour actes de cruautés envers un chat a été condamné par le tribunal correctionnel à un an de prison ferme et maintenu en détention. Après avoir posté sur Internet une vidéo, il a suscité autant d'indignation sur les réseaux sociaux que sur le pavé avec environ 200 défenseurs des animaux qui ont protesté devant le Tribunal.

"Je ne sais pas ce qui m'a pris. J'ai fait le con, je regrette. L'idée m'est venue comme cela", a indiqué l'auteur des faits. Farid Ghilas, 24 ans a précisé qu'il n'avait lancé le chat que deux fois. 

Le procureur a parlé, de son côté, de perversité sadique. Au cours de l'audience, le président du tribunal a également demandé à revoir la vidéo qui a suscité l'indignation partout dans le monde.

Une sanction exemplaire

La page Facebook de la SPA a attiré plus de trois millions de visiteurs pendant le week-end. L'association a reçu des appels du monde entier et s'est constituée partie civile. Elle a demandé une sanction exemplaire pour que la loi change. Elle voudrait que les animaux ne soient plus considérés comme des biens meubles mais comme des êtres vivants.

Le petit chat va mieux, il a eu une patte cassée mais il est en sécurité dans un refuge de la SPA. C'est un voisin du propriétaire qui l'a récupéré dans une poubelle.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article